DINER-DEBAT

avec

Monsieur Thierry GAUDIN

Chargé de mission au Ministère de la Recherche
Mars 1993
" 2100, l’histoire du 21ème siècle 
ou le scénario probable de la vie sur une terre sans frontière au XXIème siècle  "
 
Ingénieur Général des Mines, ancien élève de l'Ecole Polytechnique (X1959) et de l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, Thierry Gaudin a été d'abord chargé de mission auprès du Préfet de la Région du Nord pour l’élaboration de la politique régionale de recherche et de conversion industrielle (1966-1969), puis chargé d’études à la direction des mines du Ministère de l’Industrie (1969-1971). Pendant dix ans il s'est ensuite occupé de la construction d’une politique d’innovation (brevets, métrologie, essais, normalisation, qualité, information scientifique et technique, réseaux régionaux, relations recherche-industrie, financement de l'innovation, procédures d’aide à la recherche technique, réforme de l’ANVAR...).

Entre 1982 et 1992 il crée puis dirige le CPE (Centre de Prospective et d'Evaluation), chargé de trois missions : la veille technologie internationale, la prospective et l’évaluation des recherches et des stratégies industrielles. Président du GRET (Groupe de Recherches et d’échanges technologiques, 1986-1993), association dédiée au transfert de technologie vers les pays en développement, il est nommé en 1993 au Conseil Général des Mines, membre du Comité consultatif des audits du CNRS, Président de l’Association «Prospective 2100» dont l’objectif est la promotion de la prospective auprès des décideurs et l’étude de « grands programmes » mondiaux.

Publications :
L’Ecoute des Silences (1978), collection 10/18, Pouvoirs du rêve (1984), CRCT, distribué par les éditions d’organisation, Philosophie de l’Innovation : les Dieux intérieurs (1985) et le Temps du Germe  (1987), éditions Sophon, Les Métamorphoses du Futur (1988), collection CPE-Economica, La pensée, mode d’emploi (avec Frédéric Worms), Aditech, 1989, Culture et identité d’entreprise (avec  Frédéric Worms  et Jean Gatty), Aditech, 1989, 2100, récit du prochain siècle, Payot, 1990, 2100, Odyssée de l’espèce, Payot, 1993.

Hotel Hilton, Paris 7

Compte-rendu

Sur cette terre où toutes les zones sont interdépendantes, quelle vie sera celle des êtres humains (primates...dont le patrimoine génétique est à 98% identique à celui du chimpanzé...) et de leurs tribus? Plusieurs affirmations tombent :

La terre, même à 12, 13 milliards d'habitants, ne sera pas trop peuplée. Il n'y aura pas de crise alimentaire générale car la technologie (Bio), les techniques modernes, le réchauffement de la terre, la baisse du nombre d'illéttrés, les résultats enregistrés récemment dans certains pays (riz en Inde et en Chine) pousseraient avec la FAO à l'optimisme... si toutes les famines disparaissaient, ce qui ne sera toutefois pas le cas.
La crise écologique devient-elle alors plus préoccupante? Condamne-t-elle les USA à devenir, vus d'une station spatiale "une peau de bison" ?
Matériaux : la Révolution Technologique accroît considérablement la valeur ajoutée (matériaux allégés et de plus en plus recyclables). Il n'y a pas de crise des matières premières. On entre dans l'ère de la complexité et de l'hyperchoix, de l'intelligence dans le matériau "éduqué" (polymères...).
Energie : La consommation d'énergie par habitant déjà en 1990 plafonne, voire diminue à la différence du siècle précédent.
La productivité s'accroît fortement.
Le scénario : "la maîtrise de l'énergie contre l'effet de serre", y compris en taxant les pollueurs. Les économies d'énergie sont possibles : champs d'éoliennes en Californie, stations spatiales, solaires, centrales nucléaires en Inde et en Chine, hydroélectriques et barrage des Trois Gorges en Chine, le stockage des énergies aussi : hydrogène, charbon, gaz naturel...

L'évolution technologique passe par le téléphone, la télévision, et les récentes découvertes majeures (Fax, RNIS, Numeris, Visiophone, Hi-Fi, RDS...), la communication totale, en réseau (de 5 à 10 lignes de téléphone pour 100 habitants à 40 ou 50 comme en Occident à terme). On assiste à une révolution de la structure sociale par les infrastructures de communication : "La périphérie prend plus de poids par rapport au centre".

Une économie immatérielle (l'image virtuelle...) gagne la planète ; tous les hommes sont voisins mais leur "multiappartenance" dans cet avenir numérique à une "tribu" mondiale ne supprime pas la misère des villes. Les "sauvages urbains" représentent 10 à 20% de la planète et la crise des années 20 (2020...) entraîne une réaction de la classe dirigeante. Comme au XIXème siècle, au XXIème siècle il faut penser (Hausmann, J. Ferry, et V. Duruy à réaménager l'esprit et l'espace (grands travaux, enseignement laïque obligatoire normatif laminant...).

Mais le XXIème siècle sera le siècle de la Femme : après la pilule, l'auto-métrologie, la mesure de l'homme se construira dans un espace miroir de la terre sur les valeurs féminines d'harmonie, d'intériorité, de protection de la vie, des rythmes en solidarité avec la nature dans un écosystème stabilisé.

En conclusion : "l'espèce humaine en a vu d'autres et on peut tout imaginer...", "...l'abolition de la lutte des classes...", "...un immeuble sur l'eau de 2 km de haut avec 300 000 habitants à Tokyo...", "...des neurones qui fonctionnent sans chef...", "...l'individualisation ou tentative d'investissement du mental, ère du sprituel, non religieux". Tout "...mais pas l'avenir... sans Thierry Gaudin" !
Jean-Paul Couf (MP 1986)