DINER-DEBAT

avec

Monsieur Yves MENY (MP 1975)

Politologue et professeur à l'université de Rome
Mardi 28 mai 2019
" Le peuple contre les élites : diagnostic, conséquences, solutions  "
 
Yves Mény, politologue, a enseigné en France aux universités de Rennes, Paris II et Sciences-Po Paris. A l’étranger, il a enseigné aux Etats-Unis, au Mexique, en Italie, Espagne et ponctuellement dans de nombreuses autres universités ainsi qu’à l’Institut Universitaire Européen de Florence. Il enseigne actuellement à l’université LUISS de Rome.
Ses recherches ont porté sur les institutions et la politique française, la politique comparée en Europe et aux Etats-Unis et actuellement sur la question démocratique au sein de l’Union européenne. Parmi ses publications, La corruption de la République (Fayard), Par le peuple, pour le peuple - Populisme et démocratie (Fayard), Démocraties imparfaites, protestations populaires et vagues populistes (Presses de SciencesPo, 2019). Ses ouvrages ont été traduits dans une dizaine de langues.
Il a été président de l’Institut Universitaire Européen de 2002 à 2009 et de la Scuola Superiore Sant’Anna de Pise de 2014 à 2018.

Les démocraties ont connu de rares « moments » populistes : en France (général Boulanger, mouvement Poujade) ou surtout aux Etats-Unis où la fameuse formule de Lincoln (gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple) a fait florès depuis les années 1890. Mais ces épisodes demeuraient des exceptions.
En revanche, au cours du dernier quart de siècle, les mouvements populistes ont fait tache d’huile dans quasiment toutes les démocraties, parfois sous des formes gauchistes, le plus souvent sous des formes d’extrême droite radicale. Leur point commun est de véhiculer une protestation anti-élite en manipulant le mythe du peuple souverain.
Cette protestation, plus ou moins violente dans son expression, sape les fondements de la démocratie telle qu’elle s’est lentement construite au cours des deux derniers siècles, souvent à partir d’éléments hétéroclites et hétérogènes.
La présentation et le débat seront centrés sur le diagnostic de cette contestation, sur le défi qu’elle représente pour la démocratie représentative et sur les moyens d’affronter cette nouvelle crise démocratique.

Chez Jenny, Paris 3