DINER-DEBAT

avec

Monsieur Pierre PRINGUET (MP1975)

Ancien élève de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale des Mines de Paris Directeur Général de Pernod-Ricard
Jeudi 9 mars 2006
" Fusions et acquisitions : les étapes financières et stratégiques  "
 
Directeur général délégué de Pernod-Ricard depuis juillet 2000, Pierre Pringuet est entré dans le Groupe en 1987 où il a exercé successivement les fonctions de directeur du développement, puis de directeur général de la Société pour l'Exportation des Grandes Marques (SEGM) et à partir de 1997, de président de Pernod-Ricard Europe. Le 17 mai 2004, Pierre Pringuet a été nommé administrateur de Pernod Ricard.

Il a commencé sa carrière dans la fonction publique, ce qui l'a conduit à être conseiller technique au cabinet de Michel Rocard, alors ministre du Plan et de l'Aménagement du Territoire (1981-1983). Il a suivi Michel Rocard lorsque celui-ci est devenu ministre de l'Agriculture (1983) et a occupé la fonction de directeur des industries agricoles et alimentaires (1985-1987). Il est également président du Comité Sully.

Pierre Pringuet, né en 1950, est diplômé de l'Ecole Polytechnique et de l'Ecole Nationale des Mines de Paris et lauréat de la FNEP(MP1975). Amateur de ski et de golf, Pierre Pringuet est marié et père de deux enfants.

Autour du rachat de Domecq Allied, il évoquera les étapes d'une opération de fusion-acquisition aux plans financier et stratégique, en tenant compte des contraintes des lois sur la concurrence et de la nécessité d'intégrer des cultures différentes.

Cercle Militaire, Paris 8

photo n°1 - dd_pringuet photo n°2 - dd_pringuet photo n°3 - dd_pringuet photo n°4 - dd_pringuet photo n°5 - dd_pringuet photo n°6 - dd_pringuet photo n°7 - dd_pringuet photo n°8 - dd_pringuet photo n°9 - dd_pringuet photo n°10 - dd_pringuet photo n°11 - dd_pringuet photo n°12 - dd_pringuet Photos B. Jacob  (pour agrandir une photo cliquer dessus)
Compte-rendu

Le groupe Pernod Ricard

La société Pernod Ricard créée en 1975 et dont le titre a été intégré à l’indice CAC40 dès sa création le 31 décembre 1987, est un leader mondial du secteur des vins et spiritueux. En effet, le groupe est n°2 des vins et spiritueux à l’échelle mondiale et n°1 des spiritueux hors des Etats-Unis. Il est un nouveau leader sur le marché des vins (n°3). Si l’on considère les volumes mondiaux exprimés en nombre de caisses1, Diageo (britannique) vend 91 millions de caisses, Pernod Ricard, depuis l’acquisition d’Allied Domecq en vend 77 et le suivant, qui est aussi le partenaire de Pernod Ricard dans l’acquisition, Fortune Brands n’en vend que 31. La production mondiale de vins et spiritueux est de 2,7 milliards de caisses, dont environ 330 millions de caisses premium, soit un peu plus de 12% du volume, mais deux tiers de la valeur. C’est évidemment sur ce créneau que se positionne le groupe.

Acquisition d’Allied Domecq

L’acquisition d’Allied Domecq s'est faite par :
- une OPA amicale, 40% de prime sur le cours,
- un financement des 14 milliards de l’acquisition dont :
. 4 milliards apportés par le partenaire (Fortune Brands),
. 2,7 milliards d’actions,
. le reste en dette.
Le travail de préparation a été très intense : 18 mois et une cinquantaine de personnes dans la confidence. Les " due diligences "2 ont porté sur deux domaines seulement :
- des données sur les contributions par marque,
- la situation des fonds de pension.

Une fuite pendant l’opération a entraîné sa suspension pendant 3 semaines. Le coût de la transaction a été de 250 millions, dont 100 millions d’honoraires, 80 à 90 millions de frais bancaires et 80 à 90 millions de couverture de change). L'opération a dégagé 300 millions de synergies, notamment 40 à 45% du réseau commercial et l’essentiel des frais de siège.

Quant au personnel d’Allied Domecq, sur 8000 personnes 4700 sont reprises dans le nouveau groupe dont l’encadrement est essentiellement celui de Pernod Ricard. L’effectif cible pour Pernod Ricard est de 16 500 collaborateurs.

En ce qui concerne l’actionnariat :
- l’action a pris 7% le jour de l’annonce,
- 10% appartiennent à famille, 3% au personnel et donc le flottant représente 87 % (dont 7% d’actionnaires individuels et le reste est détenu par des institutionnels français, anglais et américains).

Bien qu’Allied Domecq fût une société emblématique en Grande-Bretagne, il n’y a pas eu de commentaires désobligeants pour la France dans la presse tabloïde au-delà d’un à deux jours.

La rentabilité de l’activité

Elle est élevée grâce au prestige des marques qui véhiculent une image sociale. Le groupe se positionne sur les marques premium qui représentent 10% du marché. C’est de plus une activité stable et résiliente, sans marques de distributeur (sauf pour le pastis), mais avec des marques indépendantes. L'abandon du créneau des soft drinks a eu lieu après la vente d’Orangina car Pernod Ricard n’était pas dans la course (Coca Cola tient 40% du marché et Pepsi 25%).

Le vin

Le vin est «victime » du patriotisme en France, en Espagne et en Italie. De plus le groupe ne se positionne pas sur la très haute qualité (par exemple des bouteilles pouvant aller jusqu’à 2000 euros) mais s’intéresse aux vins d’Australie et de Nouvelle-Zélande, qui sont de grande qualité et surtout de grande régularité. Le « gâchis » du Languedoc résulte du fait que la filière vinicole en France est très mal organisée et la qualité du vin, hors les grands vignobles est peu fiable. Or le territoire du Languedoc représente un des plus grands potentiels mondiaux.

Pour le vin, la marque a moins d’importance et les coûts commerciaux sont beaucoup moins élevés que pour les spiritueux où la publicité représente 18 à 19% du chiffre d’affaires.

L’évolution de la consommation mondiale

La consommation de vodka est en croissance, alors que celle du brandy est en décroissance et que celle du whisky est stagnante si l'on excepte les premiums. Quant à la consommation du cognac elle connaît une redynamisation, notamment aux Etats-Unis dans la communauté noire, associée au rap. C'est aux Etats-Unis également que l'on constate une croissace de consommation de téquila et un déplacement de la consommation de bière vers les spiritueux, la bière s’étant banalisée.

La participation aux politiques de santé publique

Pernod Ricard participe à l’opération « conducteur désigné » (ou " Bob " aux Pays-Bas et dans les pays anglo-saxons).

Les marchés émergents

La Chine est le premier marché mondial pour le Chivas et le premier marché en valeur pour le cognac. Si le régime est toujours communiste, le marché chinois est très ouvert sur le plan commercial et la Chine fait maintenant partie de l’OMC. En revanche, l’Inde, grand pays démocratique, reste très bureaucratique, ne fait pas partie de l’OMC et de plus les droits de douane y diffèrent d’un état à l’autre. Quant à la Russie où règne l’insécurité juridique quand ce n’est pas l’insécurité physique, c’est un marché très prometteur.

Enfin, Pierre Pringuet n’a dit que quelques mot sur le Comité Sully (notamment des échos sur la très mauvaise image de la France à Bruxelles aujourd’hui), car le principe de ce Comité veut que les propos tenus en son sein ne soient pas rapportés à l’extérieur.
Christine Ecuyer (A2003)
1 Une caisse représente 9 litres – mesure de référence du marché d’origine états-unienne 12*0,75 l
2 Procédure qui vise à faire un état des lieux rapide et certifié d'une société (aspects comptables, stratégiques, économiques, juridiques et fiscaux...) avant éventuellement une opération de financement ou d'acquisition.
Dernière minute, vendredi 10 mars : avec des gains de presque 2%, Pernod Ricard signe ce vendredi la 2ème plus forte hausse du CAC 40.
Pour en savoir plus :
http://www.pernod-ricard.fr