MINI-MISSION A L'ETRANGER
, Mai 2009
La Syrie aujourd'hui

Impressions générales Situation politique et diplomatique Relations franco-syriennes Syrie, terre de religions Lattaquié Philosophe Madra al Yazeji



photo n1 - 2009mai_1 photo n2 - 2009mai_1 photo n3 - 2009mai_1 photo n4 - 2009mai_1 photo n5 - 2009mai_1 photo n6 - 2009mai_1 photo n7 - 2009mai_1 photo n8 - 2009mai_1 photo n9 - 2009mai_1 photo n10 - 2009mai_1 photo n11 - 2009mai_1 photo n12 - 2009mai_1 photo n13 - 2009mai_1 photo n14 - 2009mai_1 photo n15 - 2009mai_1 photo n16 - 2009mai_1 photo n17 - 2009mai_1 photo n18 - 2009mai_1 photo n19 - 2009mai_1 photo n20 - 2009mai_1 photo n21 - 2009mai_1 photo n22 - 2009mai_1 photo n23 - 2009mai_1 photo n24 - 2009mai_1 photo n25 - 2009mai_1 photo n26 - 2009mai_1 photo n27 - 2009mai_1 photo n28 - 2009mai_1 photo n29 - 2009mai_1 photo n30 - 2009mai_1 photo n31 - 2009mai_1 photo n32 - 2009mai_1 photo n33 - 2009mai_1 photo n34 - 2009mai_1 photo n35 - 2009mai_1 photo n36 - 2009mai_1 photo n37 - 2009mai_1 photo n38 - 2009mai_1 photo n39 - 2009mai_1 photo n40 - 2009mai_1 photo n41 - 2009mai_1 photo n42 - 2009mai_1 photo n43 - 2009mai_1 photo n44 - 2009mai_1 photo n45 - 2009mai_1 photo n46 - 2009mai_1 photo n47 - 2009mai_1 photo n48 - 2009mai_1 photo n49 - 2009mai_1 photo n50 - 2009mai_1 photo n51 - 2009mai_1 photo n52 - 2009mai_1 photo n53 - 2009mai_1 photo n54 - 2009mai_1 Photos P-Y. Landouer, 1-10: Alep | 11-13: Apamee | 14-21: Bosra | 22-32: Damas | 33-35: Hama | 36-49: Palmyre | 50: Qalamoun - 51-53: Qalat - 54: St Simeon - 55: Ugarit   (pour agrandir une photo cliquer dessus)


Impressions générales
L’impression générale de ce voyage est donc fort différente de l’image habituelle de la Syrie en France : c’est un pays agréable et sûr, les Syriens sont très tolérants sur le plan religieux, et particulièrement accueillants aux étrangers (l’hospitalité orientale atteint ici son summum, spécialement l’hospitalité envers les Français),. Les élites ont le niveau de culture et de formation des meilleurs cercles internationaux, et disposent de richesses fabuleuses (on pense aux descriptions des mille et une nuits en voyant leurs palais). Les sites historiques sont nombreux et remarquables, et dans l’ensemble bien entretenus ou restaurés. La vie est peu coûteuse, la nourriture d’une qualité et d’une variété rare. Certes, la majorité de la population est pauvre, mais le minimum vital est assuré, le niveau de vie est incomparablement supérieur à la moyenne de l’Afrique.

La différence entre l’image usuelle et la nôtre provient peut-être du fait que notre voyage s’est concentré sur l’ordre culturel et sociologique, les aspects politiques étant plus restreints (entrevue avec l’ancienne ambassadrice de Syrie à Paris). Et le côté politique est, pour ce que nous en avons vu, conforme à l’image usuelle : la Syrie est une dictature, à parti unique écrasant le reste.

Il s’agit certes d’une dictature intelligente, avec de nets progrès par rapport au régime précédent. Ainsi, le mot d’ordre de la politique intérieure du pays semble être de pousser les gens à s’enrichir. De même, la liberté de culte est parfaite. Ceci en échange de la non-remise en cause de la mainmise alaouite sur le pays – bref une stratégie proche de celle de Teng Hsiao Ping en Chine en son temps).

L’ambiance reste cependant lourde, les discussions politiques difficiles, la « langue de bois » omniprésente, et nous avons -paraît-il- été parfois suivis par l’équivalent des RG, -même si aucun de nous ne l’a remarqué…

Sur le conflit du Proche-Orient, la Syrie a pris – entre autres - la position de championne de la cause palestinienne et du droit moral. Ceci lui permet de rester une puissance régionale, mais ne correspond pas forcément à son intérêt direct (une paix séparée en échange de l’essentiel du Golan a été plusieurs fois « sur les rails »), et la morale est une force peu déterminante dans la RealPolitik de ces derniers millénaires (cf. le sort des Comanches, Basques, Ibos, Arméniens, Targuis, par exemple)….En tous cas, aucun de nos interlocuteurs ne pense possible une solution dans les quelques années à venir, quel que soit l’espoir qu’a relancé le changement d’administration aux Etats-Unis…

Bref, la Syrie reste un pays de contrastes, entre gentillesse de la population et dureté des positions politiques, générosité de l’accueil et haine des sionistes, militarisation du régime et sécurité totale dans la rue, richesse extrême des grandes familles et pauvreté du pays (dernier de la région pour le PIB par habitant), volonté de développer le tourisme et rareté des signes routiers en caractères latins, richesse historique et faiblesse de l’entretien des sites. Mais ces contrastes en font aussi l’attrait, n’hésitez pas à y aller avant que les masses touristiques ne s’y déversent trop et fassent disparaître cette richesse, car la Syrie, si elle a survécu aux assauts babyloniens, mongols, croisés, mamelouks, pourrait cette fois y perdre beaucoup…
Guy Berman (MP 1973)