MINI-MISSION/VISITE EN FRANCE
Strasbourg et Freiburg-im-Breisgau (Allemagne), F��vrier 2008
L'énergie et le développement durable en Alsace

Programme Dîner-débat C Buchel Electricité de Strasbourg Politiques d'énergie de la région Commission Centrale pour la Navigation du Rhin Le palais du Rhin Soultz-s-Forêts - Géothermie Mertzwiller - De Dietrich Freiburg-im-Breisgau Le vin d'Alsace



photo n1 - 2008fevrier_10 photo n2 - 2008fevrier_10 photo n3 - 2008fevrier_10 photo n4 - 2008fevrier_10 photo n5 - 2008fevrier_10 photo n6 - 2008fevrier_10 photo n7 - 2008fevrier_10 photo n8 - 2008fevrier_10 photo n9 - 2008fevrier_10 photo n10 - 2008fevrier_10 photo n11 - 2008fevrier_10 Photos A. Chauvin & B. Jacob   (pour agrandir une photo cliquer dessus)


Le vin d’Alsace
Nous ne pouvions pas quitter l’Alsace sans visiter une partie du vignoble et rencontrer un vigneron : le vignoble de la Couronne d’Or (composé de 19 communes où une vingtaine de vignerons se sont engagés à commercialiser sous le label Couronne d’Or des vins sélectionnés), situé à l’ouest de Strasbourg, qui fut le berceau de la vigne en Alsace. La taille de la vigne y est sévère et les soins à la plante utilisent des techniques douces. Les vendanges y sont manuelles et les rendements volontairement limités. Introduite au début de notre ère par les Romains, la culture de la vigne en Alsace fut ravivée par les Mérovingiens et les Carolingiens, qui font grande consommation de ce vin « tonique et qui rend gai ». Avant la fin du premier millénaire, la vigne était cultivée dans 160 localités, et au Moyen-Age les vins d’Alsace sont très renommés en Europe.

La viticulture alsacienne atteint son apogée au XVIème siècle mais la guerre de Trente ans interrompt brutalement cette période de prospérité. Le vignoble alsacien renaît véritablement au lendemain de la première guerre mondiale lorsque les viticulteurs s’engagent dans une politique de qualité en produisant des vins élaborés à partir de cépages typiques et dès 1945 en délimitant les aires du vignoble et en fixant des règles strictes de production et de vinification. En 1962 sont reconnues les Appellations d’Origine Contrôlées Alsace, en 1975 l’appellation Alsace Grand Cru et en 1976 l’appellation Crémant d’Alsace. Le vignoble d’Alsace est certainement l’un des plus réglementés en France, garantie du maintien de la Qualité. Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui assure l’une des pluviométries les plus faibles de France (500 à 600mm d’eau par an), il bénéficie d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec. La hauteur élevée des vignes (200 à 400m d’altitude) lui procure un rayonnement solaire maximal, ce qui favorise une maturation lente et prolongée des raisins et l’éclosion d’arômes d’une grande finesse.

La géologie alsacienne est très diverse, du granit au calcaire en passant par l’argile, le schiste et le grès, d’où une très grande variété de terroirs occupant environ 15000 hectares. Les cépages alsaciens sont le Sylvaner, le Pinot Blanc, le Riesling, le Muscat d’Alsace (plus sec que les muscats doux méridionaux), le Pinot Gris, le Pinot Noir (seul cépage en Alsace à produire un vin rouge ou rosé) et le Gewurztraminer. Les vins doivent obligatoirement être mis en bouteilles (flûtes d’Alsace) dans la région de production. Les AOC Alsace portent généralement le nom du cépage concerné et éventuellement un nom de marque ou la mention « Edelzwicker » ou « Gentil » pour un assemblage de plusieurs cépages blancs.

Les AOC Alsace Grand Cru répondent en plus à de nombreux critères de qualité (délimitation des terroirs, rendement plus limité, règles de conduite de la vigne, mention obligatoire du millésime et du nom de l’un des cinquante lieux-dits bénéficiant de cette appellation). Les AOC Crémant d’Alsace sont des vins effervescents élaborés selon la méthode traditionnelle principalement à partir du Pinot Blanc. Le Crémant rosé, plus rare, est issu du seul Pinot Noir. Les Vendanges Tardives proviennent de cépages identiques à ceux admis dans les Grands Crus et sont récoltés en surmaturité (plusieurs semaines après le début officiel des vendanges) afin de profiter du développement de la pourriture noble (Botrytis cinerea). Les Sélections de Grains Nobles sont obtenus par tris successifs de grains atteints de pourriture noble.

Avant la traditionnelle (et toujours redoutable) dégustation des différents cépages, Monsieur Scharsch en parlant de son domaine de 10 hectares (propriété au caractère strictement familial transmise de père en fils), nous a montré son attachement à sa terre (« je suis un paysan et fier de l’être ») mais aussi les difficultés liées à la situation économique (les ventes ont chuté de 30% en France l’an dernier). Face à cela, il faut chercher de nouveaux marchés (l’un de ses fils était au USA au moment de notre visite) et trouver de nouvelles idées, comme cet assemblage de 5 cépages (Pinot Gris, Pinot Blanc, Muscat, Riesling et Gewurtztraminer), appelé Cuvée 5 qui donne un vin fort agréable. La fierté du domaine est le Riesling Grand Cru Altenberg de Woxheim, terroir déjà connu et apprécié au Moyen Age. La visite des installations de stockage et de mise en bouteilles témoigne d’un savoir faire et d’un «professionnalisme» évident. Chacun a pu ensuite goûter à volonté (sauf les chauffeurs !) tous les crus disponibles et c’est sous le soleil qu’au travers des vignes nous avons pu regagner Strasbourg, terme de notre séjour alsacien !
Philippe Mollet (MP 1973)